Recherche

lesboeufbrakoatokyo

une famille française à Tokyo

Aujourd’hui c’est jour de fête ! Ca y est après deux mois de dur labeur, nous avons enfin vendu tous nos meubles !!!

Tous sans exception ! Yes ! Je peux vous dire que ce fût un combat rude et éprouvant ! Entre ceux qui veulent puis qui ne veulent plus ! Ceux qui posent des lapins…Etc….

Bon en tout cas nous commençons une période de camping absolu. Nous n’avons plus de table ni de chaises. Demain nous n’aurons plus de frigo ! Et lundi plus de sofa. On quitte notre appart jeudi …d’ici là vive la bouffe toute prête.

Départ de l’appart – 7 jours

Le chronomètre marque parfois des étapes importantes. Voilà demain dans 7 jours nous quitterons l’appartement où nous avons vécu durant 10 mois.

Aujourd’hui je me suis attelée à la fermeture des compteurs d’eau, d’électricité et de gaz. Comment dire un vrai bonheur ! Oui il n’y a pas d’autres mots un vrai bonheur.

Bon pour l’eau une vraie formalité, car ils ont un service où du personnel parle anglais. Donc tout s’est bien passé.

Par contre le gaz gloups ! Oui gloups ! Je suis tombée sur un système vocal genre « pour demander une intervention d’urgence – tapez 1 ; pour une question sur votre facture – tapez 2 ». Oui kafkaïen, car tout est en japonais. Du coup j’ai demandé aux dames de l’accueil de m’aider. Elles appellent et me passent la personne en ligne. Bon là cela a pris une plombe et demie. Oui parce qu’il y avait un agent en ligne qui a l’habitude de traiter les demandes de clôture de compteur et une autre personne en ligne aussi pour tout traduire. En plus de la difficulté du système, je vous donne quelques éléments croustillants made in « bienvenue dans le monde de la différence culturelle ».

-1- que ce soit le gaz, l’eau ou le propriétaire de l’appartement, il faut savoir qu’au Japon aucun organisme n’accepte d’envoyer un courrier à l’étranger. Oui dans un pays où la poste est d’une qualité exceptionnelle ! aucun organisme n’autorise l’envoi de courriers à l’étranger. Donc il faut qu’un(e) ami(e) accepte de recevoir le courrier pour vous et ensuite vous le renvoie. La classe non !

-2- Au Japon c’est MONSIEUR qui est détenteur de tout. Son nom et son nom seul figure sur le compte en banque, les factures d’eau, d’électricité, etc. Du coup quand vous appelez ils entendent bien que vous êtes une femme et donc après le classe « Puis-je avoir le nom du détenteur du compte ? » on a le droit à :  « Et qui êtes-vous ? » bon la seule réponse « je suis sa femme » suffit ! Comme quoi …

Et cerise sur le gâteau, il faut être présent pour fermer le compteur de gaz. Du coup j’ai eu droit à « est ce que votre mari sera présent »  Eh oui au Japon on en est encore là ! Madame toute seule ne peut pas gérer avec l’employé du gaz ….pourquoi mystère ? Est-ce que le fait d’être un homme te permet de t’assurer que le gars fait bien son travail et nous pauvres femmes, petit être fragile qui n’y connaît rien en bricolage, ou mécanique nous sommes incapables de desceller l’erreur qui pourrait être commise….

Mon ode à la nourriture japonaise

Il faut pas se mentir, il y a une chose qui va me manquer énormément c’est la nourriture japonaise. J’en ai déjà parlé.

Les restaurants sont légions dans cette ville immense. En général, ils sont thématiques. Un restaurant ne servira que des Soba, un autre que du poulet pané, ou encore que des sushis. Une minorité propose différentes sortes de plats. Il existe des restaurants qui servent de la cuisine étrangère. La plupart d’entre-eux sont népalais, indiens et on a aussi beaucoup d’italiens. Les restaurants les plus nombreux restant les restaurants chinois.

Au Japon, il existe de très nombreux restaurants qui comme cela ne payent pas de mine. La déco est vieillotte, voire donne l’impression que c’est un peu cracra et pourtant vous mangerez bien. On n’a été déçus qu’une seule fois depuis que l’on habite à Tokyo. Et encore il s’agissait d’un restaurant coréen.

Au sommet de la pyramide de ce que j’aime le plus, il y a les incontournables sushis et son frère jumeau moins connu : le chirashi*. Et eux ils vont me manquer ! Je pense que je ne vais pas pouvoir en manger en France avant au moins un an ….histoire d’avoir oublié le goût de ceux du Japon.

(*) le chirashi c’est un lit de riz et un assortiment de poissons crus posés dessus. Je me demande si je n’aime pas plus le chirashi que le sushi.

Le match Japon/ France décryptage suite

Bon alors d’un autre côté que va-t-il me manquer du Japon ?

  • la tranquillité de la ville : oui cette ville est énorme certes mais quand on quitte les artères principales, c’est un truc incroyable tout s’apaise. Pas une voiture, pas un bus, pas un bruit. C’est calme, on entend les oiseaux. Impossible à envisager, même dans une ville petite en France. Un calme similaire n’existe que dans les petits villages.
  • la gentillesse des Japonais : les Japonais se plient en quatre pour vous aider, même dans un magasin où vous n’allez rien acheter. C’est très chouette
  • la tranquillité d’esprit : ici on ne risque rien. Les femmes ne sont pas regardées encore moins sifflées, approchées ou touchées, emmerdées par des hommes prédateurs. Pareil pour vos affaires. Rien n’est volé. Vous avez une tranquillité d’esprit impossible à avoir en France. Vous pouvez oublier de fermer votre porte, vous n’aurez pas à vous inquiéter
  • la propreté : j’en ai déjà parlé. Ici tout est nickel en particulier les toilettes ! Un vrai pays civilisé. Et franchement je ne sais pas comment font les Japonais en France, ils doivent nous prendre pour des goujats préhistoriques
  • la bonne bouffe disponible partout : il y a ici des restaurants partout. On peut manger quand on veut à Tokyo. Bon c’est moins vrai dans d’autres villes. Ici il y a 150 000 restaurants, rien que pour Tokyo. On a le choix et c’est toujours bon, incroyable.

Bon on en profite encore un peu …

Entre deux valises et deux rendez-vous pour récupérer les meubles déjà vendus, il est encore temps de se faire plaisir.

Entre amies ce matin, avec Sylvie et Pavlina, nous avons décidé d’aller se promener dans un jardin de Tokyo. On avait choisi d’aller au jardin botanique ….oups voilà la mauvaise habitude de tout avoir tout ouvert tout le TEMps ….et bien on en oublie de vérifier si le dit jardin en question est ouvert le lundi. Et ben non il n’est pas ouvert le lundi.

On a donc rebroussé chemin et fait un choix alternatif. On est retournées à Rikugien.

Je n’y étais pas retournée depuis l’automne dernier au moment des Momiji. En ce début d’été, l’atmosphère du jardin a bien changé. Il est tout vert, tout pimpant. En plus en ce moment il y a des azalées qui forment des boules roses énormes à différents endroits du jardin.

Pour la première fois, j’ai tenté l’expérience du jardin de thé. Oui il vaut mieux tard que jamais. Comme l’été est arrivé, la maison de thé le proposait frappé. C’est à dire froid servi avec des glaçons. Hyper amer cette boisson est servie avec un wagashi japonais, qui après une gorgée de thé passe pour un loukoum ! C’est dire si c’est amer.

Samedi et dimanche ont été bien chargés. Nous avons eu 4 familles qui sont venues. Nous voilà débarrassés du four, de la commode, du porte manteau ou encore du chauffage d’appoint.

Cela nous a bien occupé. L’appart se vide peu à peu. Nous avons déjà demandé à des amis de nous prêter des chaises pour pouvoir continuer à manger tous ensemble. Heureusement que Michelle est là !

Pour le moment il nous reste encore à vendre :

  • la table
  • deux chaises
  • le frigo
  • le lave linge
  • le canapé

J’espère que tout sera parti d’ici 20 jours.

 

A nous la brocante

Jeudi 1er juin, c’est virée entre filles. Un vrai brassage culturel et linguistique avec les amies/ voisines de l’immeuble. Oui et voici la présentation des miss :

  • Candice qui a proposé la sortie, Française
  • Palvina Tchèque et parlant un super français
  • Makiko et Shoko Japonaises Makiko est parfaitement bilingue en français et japonais et Shoko super forte en anglais et bilingue en chinois
  • Clarisse, Française
  • Khomnet Thaïlandaise parlant super bien l’anglais
  • Michelle Philippine et parlant super bien  l’anglais et comprenant le français

Nous sommes parties toutes ensemble à une brocante dans la lointaine banlieue de Tokyo. Oui assez loin quand même, car on avait presque une heure de trajet en train.

Les brocantes au Japon existent belles et bien, mais moins développées qu’en France. Ici les vides greniers existent aussi, mais ne sont vraiment pas autant développés que chez nous. Il faut dire, que on est dans un pays de sur-consommation. On achète, mais on n’achète pas trop d’occasion. D’ailleurs, je le constate bien en ce moment, car j’ai beaucoup de mal à vendre nos meubles …et je les vends à des étrangers pas vraiment à des Japonais.

On est allées dans cette brocante dans un but assez précis : trouver des Kokeishis !

Les Kokeishis sont les anciens poupons des enfants japonais. Elles sont faites en bois et peintes. Chaque artiste leur donne sa patte : avec des dessins différents sur le corps, forme de la bouche, des yeux, des cheveux etc. Les Françaises les adorent ! Du coup on est toutes hystériques à l’idée d’en trouver.

Et bien à cette brocante on n’a pas été déçue ! Je suis rentrée avec 6 Kokeishis. J’en ai pris des petites, des toutes petites ! Mais bon Fred s’en est aperçu et s’est écrié « Mais tu vas pas me faire croire que ce sont des générations spontanées ! »

Voilà je vous les présenterai à notre retour dans 26 jours.

On y est le compte à rebours est lancé. Il nous reste un mois ..enfin désormais moins d’un mois avant notre retour.

  • les valises ont fait leur réapparition

Les journées commencent à se remplir de choses à faire et de moins en moins de visites. Vous avez pu le constater car je n’ai pas posté grand chose.

J’ai commencé à refaire les valises. C’est un peu difficile, car nous n’avons pas non plus un million d’affaires et il nous faut encore nous habiller durant un mois. Heureusement nos amis venus à Pâques ont servi de Sherpas au retour. Il y a donc moins de choses à recaser en matière de vêtements. On a aussi envoyé 4 cartons en France, qui pour le moment n’ont pas atteint leur destination.

Il y a donc déjà deux valises de bouclées : une de vêtements et une de jouets. Une troisième est en cours de remplissage. A mon avis, nous devrons encore envoyer un carton en France comprenant des papiers par etc.

  • La vente des meubles

Depuis trois semaines déjà, j’essaie d’organiser la vente de nos meubles. Alors là s’arrête le côté sympathique de notre séjour. Le Japon n’est pas encore habitué à acheter des produits de seconde main et il est très difficile de trouver des acquéreurs. Je suis en train de perdre un temps invraisemblable à poster des annonces sur des sites dédiés, à répondre à des questions. J’y passe plusieurs heures par jour, depuis la fin de la semaine passée. Pour le moment le résultat est bien maigre : deux lampes sont parties et un siège de bureau. Bon il y a d’autres choses réservées, mais sans plus.

Et je ne vous parle pas des rustres qui vous réservent les affaires prennent rendez-vous et finalement ne viennent pas. Bien évidemment quand on est un goujat, on n’appelle pas pour annuler et on fait le mort quand on vous relance.

Je suis en train de m’arracher littéralement les cheveux, car il faut vider tout l’appart sous peine de payer une taxe pour l’enlèvement des meubles invendus. Cette taxe est bien sûre élevée.

Le Kodokan ! Quelle chance !

Pour celles et ceux qui me connaissent vous savez qu’il y a un peu plus d’un an et demi je me suis lancée un nouveau défi : j’ai commencé le judo. Ce qui a été source de beaucoup de fous rires de la part de mes collègues féminines au bureau ! Celles-ci se reconnaîtront.

J’ai fait mes premières armes, et pour le moment les seules, au judo club de Domène. Et depuis, ohhh lala, j’ai ma ceinture jaune. Il faut bien commencer quelque part !

Pour tout judoka qui se respecte, enfin ceux qui en font depuis quelques années et qui sont mordus par ce sport, il y a THE ENDROIT où il faut aller au moins une fois : le Kodokan. Le Kodokan est le dojo (l’endroit où on s’entraîne au judo) fondé par le créateur du judo himself : le bien nommé Jigoro Kano.

L’association de femmes d’expats, oui cela existe, dans laquelle je me suis inscrite, organisait une visite du Kodokan. Vous imaginez que je n’allais pas louper une telle occasion !

C’était une super visite, car la personne qui a organisé la sortie est mariée à un diplomate japonais qui parlait français. Du coup il nous a fait une présentation tout en français. COOOOOL et ensuite un judoka extrêmement confirmé, ceinture rouge et blanche s’il vous plaît, nous a fait une démonstration de judo et de jujitsu avec deux jeunes étudiants. C’était super. J’ai appris pleins de choses sur ce sujet. Pêle-mêle que le fondateur du judo a créé le judo, car il pratiquait le jujitsu et au vu de sa petite taille, il se prenait rouste sur rouste et il voulait créer un sport moins violent, que désormais peu de Japonais pratiquent le judo, etc.

Voilà c’était un super moment pour moi, même si je ne pratique ce sport que depuis très peu de temps.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :